Find us on Google+

Canadian Social Work Review / Revue canadienne de service social

Revue canadienne / A Canadian Journal

Volume 17, Number 2, 2000

ABSTRACT / RÉSUMÉ

VALIDATION SOCIALE DU CONSTRUIT "VIOLENCE PSYCHOLOGIQUE" DANS LE CAS DES ENFANTS MALTRAITÉS

Marie-Hélène Gagné Camil Bouchard

Abstract:
This qualitative study contributes to a better definition of psychological violence towards children within the family. A content analysis of 26 interviews of parents and social workers provides an update of their perceptions of psychological violence and compares these perceptions to definitions found in the literature. Respondents recognized three broad categories of psychological violence: overt acts, omissions (neglect of a child's psychological needs), and indirect violence, in which the child is not the object of the parent's behaviour but is nonetheless affected by it. These categories are illustrated by specific examples of parental behaviour or attitudes, as are the scientific definitions. While researchers are in a position to identify extreme forms of psychological violence, the social perception appears to be based on more moderate situations that are part of daily family life. The parental behaviour in question deviates sufficiently from social norms to qualify as violent, without necessarily compromising the development of the child. Comparing these different perceptions allows us to construct a more complete vision of the extent of this phenomenon.

Résumé:
Cette étude qualitative contribue à mieux définir la violence psychologique faite aux enfants en milieu familial. L'analyse du contenu de 26 entrevues menées auprès de parents et d'intervenants permet de mettre au jour l'univers de leurs conceptions en rapport avec la violence psychologique et de comparer ces conceptions aux définitions retrouvées dans les écrits scientifiques. Trois grandes catégories de violence psychologique sont reconnues par les répondants : les actes commis, les omissions (négligence des besoins psychologiques de l'enfant) et la violence indirecte, où l'enfant n'est pas directement visé par la conduite du parent mais néanmoins atteint. Ces catégories sont détaillées à l'aide de conduites ou d'attitudes parentales spécifiques, comme le sont les définitions scientifiques. Toutefois, si les chercheurs sont à même d'identifier les formes extrêmes de violence psychologique, les conceptions sociales semblent davantage fondées sur des situations d'intensité modérée qui s'inscrivent dans le quotidien des familles. Les conduites parentales en cause dévient suffisamment des normes sociales pour être qualifiées de violentes, sans être nécessairement reliées à la compromission du développement des enfants. La mise en parallèle de ces diverses conceptions permet donc de construire une vision plus complète de l'étendue du phénomène.

Go to: / Aller à: