Find us on Google+

Canadian Social Work Review / Revue canadienne de service social

18: 2, 2001


© Canadian Social Work Review / Revue canadienne de service social

COMMONALITY AND DIVERSITY AMONG DISTINCTIVE INTERNAL MIGRANTS

Leslie Bella

Abstract:

Newfoundlanders living ``away'' from their home province constitute a unique cultural group within the Canadian mosaic. Surveys and interviews undertaken with Newfoundlanders living in mainland Canada show that these internal migrants have much in common with immigrants from other countries. They often arrive in a pattern of chain migration, supported by those who precede them and by family members who remain at home. They may live in enclaves and rely on other Newfoundlanders for much of their social life. Strengths-based approaches are relevant to social work with Newfoundland migrants who have a strong ethno-cultural identity and are supported by their community. However, many miss home acutely, and this vulnerability must also be taken into account. Aspects of structural and anti-oppressive practice may also be relevant, given that Newfoundlanders may be subject to negative stereotyping in mainland Canada. Migrating Newfoundlanders are more diverse than television comedy shows suggest. Outport origins, gender, educational level, generation, length of time in mainland Canada, choice of spouse, and decisions made by other family members all affect their ethno-cultural attachment and their interest in return migration.

Résumé:

Les Terre-Neuviens qui vivent «à l'extérieur» de leur province natale forment un groupe culturel unique dans la mosaïque canadienne. Les enquêtes et les interviews menées auprès des Terre-Neuviens vivant sur le Canada continental montrent que ces migrants internes ont beaucoup en commun avec les immigrants d'autres pays. Ils ont souvent tendance à migrer en chaîne, soutenus par ceux qui les ont précédés et par des membres de la famille restant à la maison. Ils vivent parfois au sein d'enclaves et leur vie sociale peut graviter en bonne partie autour d'autres Terre-Neuviens. Les démarches fondées sur les forces sont utiles pour le travail social auprès des migrants terre-neuviens qui ont une forte identité ethnoculturelle et qui reçoivent l'appui de leur communauté. Cependant, beaucoup s'ennuient profondément de leur coin de pays, vulnérabilité dont il faut également tenir compte. Des aspects de la pratique structurelle et anti-oppressive peuvent également être pertinents puisque les Terre-Neuviens peuvent faire l'objet de stéréotypes négatifs sur le continent. La diversité des migrants terre-neuviens est plus grande que ne le laissent entendre les émissions d'humour télévisées. Le fait de provenir de hameaux isolés, le sexe, le niveau de scolarité, la génération, la durée du séjour sur le continent, le choix du conjoint et les décisions prises par d'autres membres de la famille, tout cela influe sur l'attachement ethnoculturel des Terre-Neuviens et leur intérêt à retourner chez eux.




Go to / Aller à:

Volume 18/2 Table of Contents
CSWR/RCSS Home Page

WLU Press Home Page